SEUL FACE AU DESERT
  

SEUL FACE AU DESERT

, le 17/05/2010

 

J'ouvre les yeux après  une nuit rythmée par le sifflement du sable porté par un vent. Je me trouve seul  face à l'immensité du paysage où la vie semble s'être arrêtée sauf pour un ou deux scarabées ( pas sexy la bestiole, mais pas méchante!) Je me souviens de la journée de la veille, l'arrêt du midi  dans une case. La chaleur était écrasante dans ce "bistrot" où la crasse s'est invitée pour des décennies, la salade égyptienne constituant notre déjeuner  manquait de fraîcheur, notre aventure commençait.

Après plusieurs  heures, notre hôtel à ciel ouvert nous attendait avec un vent de sable et la nuit pour comité d'accueil.

Mais il est déjà 9h30, la température est de 23°, il est temps de tracer la route en compagnie d'autres aventuriers, de notre guide et du chamelier accompagné de  ses dromadaires.

La balade est ponctuée de nos échanges pour apprendre à nous découvrir.  Au fil de nos pas,  le paysage nous éblouit, par sa diversité au travers de son histoire.

Le bois fossilisé, le quartz, les traces de calcaire et autres fétiches du passé s'offrent à nous.

Il est 13h la température atteint les 40°, il est temps de poser nos sacs à dos à l'ombre  d'un rocher de calcaire et de se restaurer.

La sieste est une tradition que nous adoptons rapidement, pour mieux repartir vers 17h.  

 

19h nous arrivons au camp, le temps d'avaler une tasse de karkaté ( infusion de fleur d'hibiscus), de partager nos émotions.

Après un repas, un brin de toilette éclairé par la frontale, l'envie de se glisser sous la couette  dans le sac de couchage est forte.

Un petit regard sur la "télévision" du ciel et je m'endors.

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en